Selon la tradition, le Reiki a ses origines au Tibet. La méthode perdue au fil des ans mais préservée dans les textes sacrés Sanskrit, fut redécouverte par le Dr Mikao Usui vers la fin du 19e siècle. Il est le père de la méthode moderne du Reiki connue sous le nom de « «Usui Shiki Ryoho » (Système Usui de guérison naturelle).

Mikao Usui né le 15 août 1865, dans le village de Taniai, province de Gifu au Japon, porte le nom de ses ancêtres qu’il adopta à la mort de son père, alors qu’il n’avait que 18 ans. Il appartenait à une grande famille de samouraïs d’un niveau élevé (Hatamoto).

Il exerça diverses professions dont celle de directeur d’une petite université Chrétienne à Kyoto. Suite à des échanges avec des élèves, auxquels il ne pouvait apportait les réponses appropriées et selon Fumio Ogawa, il entra dans les ordres bouddhistes. Il étudia plusieurs années sous la supervision d’un maître Zen avant de connaître son illumination définitive.

C’est durant l’une de ses retraites spirituelles, d’ascèse et de jeûne de vingt-et-un jours (shyu-gyo) sur le mont Kurama en mars 1922, qu’il obtint la révélation (le satori) du Reiki – Malgré toutes ses expériences, il n’arrivait pas à obtenir l’éveil spirituel, il demanda conseil à son maître qui lui dit qu’il devait mourir (à lui-même) en premier. Après avoir réfléchi à ces mots, il décida de s’engager sans tarder dans une ascèse sur le mont Kuramayama. Au 21ème jour, l’accomplissement se réalisa. L’illumination advint.

 

Mikao Usui était marié et père de deux enfants. Il était en son temps un homme respecté et reconnu de tous, au Japon. En 1924, le parlement nippon reconnait légalement la pratique du Reiki comme un “art de santé non médical” (idô).

Mikao Usui décéda le 9 mars 1926, à l’âge de soixante-deux ans, dans la ville de Fukuyama, tout près d’Hiroshima. Une stèle funéraire fut érigée en son honneur dans le temple bouddhiste Saihoji (construit durant la période de Nara, de 710 à 794, plus connu sous son appellation populaire « kokedera » ou « temple des mousses ») proche de Tokyo, par deux de ses élèves, Jusaburo Ushida et Masayuki Ohada. Jusaburo Ushida, proche collaborateur et ami d’Usui, devint ensuite le premier responsable (président) de l’association Japonaise.

Madame Takata fût la première femme à recevoir l’enseignement reiki 1er et 2e degré. Plus tard, elle retourna aux É-U pour pratiquer et fut formée plus tard, à la maîtrise.  Durant les années 70, Mme Takata forma d’autres Maîtres, et à sa mort en décembre 1980, elle en avait formé 21. Aujourd’hui, il y a plus de 300 Maîtres Reiki qui enseigne dans le monde entier.

Ce texte a été résumé du livre écrit par Paula Horan, «Empowerement through Reiki, Lotus Light, Shangri-La.»